100% FABRIQUE EN FRANCE

LIVRAISON A PRIX LEGER

GRATUITE AU DESSUS DE 150 EUROS

METHODES DE PAIEMENT

0

Où vont les combinaisons que l'on jette ?

Le Néoprène n'est pas recyclable comme le sont les plastiques des bouteilles en PEhd et le PET qui sont triés, broyés et lavés pour former des granulés prêts  à l'emploi. Trop éparpillées pour la récolte, les combinaisons sont négligées et considerées comme un déchet ménagé au même titre que les sacs plastique, les CD et autres objets non recyclables. Elles sont donc incinérées, abandonnées ou enfouies.

L'incinération

Transforme une tonne de déchet en 300Kg de MIOM et de REFIOM.

Les MIOM ou mâchefers sont les fractions incombustibles de l'incinération. Solides, ils sont constitués de métaux ferreux et non-ferreux, de minéraux et de composés organiques.

Les REFIOM sont les poussières ou cendres volantes provenant du traitement des fumées transformées en gâteaux solides et compact. Ses déchets sont toxiques puisqu'ils contiennent des métaux lourds.

Après avoir été stabilisés et solidifiés dans des ciments ou des résines, ils sont stockés dans des alvéoles en tant que déchet ultime imperméable, mécaniquement résistant dans l'un des 13 centres d'enfouissement technique de classe 1 en France.

Les anciennes mines de sel​

Sont les nouvelles zones de stockage traversant la France et l'Allemagne.

Ces carrières de sel abandonnées sont habilitées à enfouir du REFIOM en Allemagne. Le parti allemand des Verts soutient officiellement cette technique qui prévient les risques d'effondrements en surface.

Le problème de ces effondrements est d'autant plus grand qu'il s'agit de mines qui ont été par le passé un centre d'enfouissement de déchets dangereux. 

C'est une belle économie pour les incinérateurs français et c'est aussi par avantage économique que cette solution est choisie de plus en plus par les collectivitées.

En effet, l'enfouissement en France coûte 280 euros par tonne.

L'enfouissement

Il existe encore trop de décharges où votre combi peut se retrouver...

Nous produisons en moyenne 1kg d'ordure ménagères par jour (2 fois moins qu'un Américain, mais beaucoup plus qu'un habitant d'un pays en développement).

On estime autour de 10 000 le nombre de décharges illégales en France. Quant aux décharges autorisées, elles sont loin de l'objectif fixé par la loi de 1992. Cette dernière stipulait qu'à partir de juillet 2002 on ne pourrait mettre en décharge que les déchets "ultimes". Ceux qui ne peuvent plus être traités dans les conditions techniques et économiques du moment. Aujourd'hui pourtant, près de 45% de nos déchets y arrivent encore.

Le principe général de l'enfouissement est de stocker les déchets en supprimant leur contact direct avec le sol, de récupérer (en périphérie et en dessus) les jus polluants et, au-dessus, le biogaz issu de la fermentation.

  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon